04/09/2009

TEXTE D'ANTHONY POIRAUDEAU - DOUCES PENTES DE DÉTRESSE, VASES COMMUNICANTS - SEPTEMBRE 2009

Vendredi 4 septembre, premier vendredi du mois : il s’agit d’échanger, d’accueillir et d’être hébergé en retour, de laisser un instant le refuge scriptural communiquer avec un autre espace.

Un projet où s’entrecroisent les mots, à l’initiative du Tiers Livre (François Bon) et de Scriptopolis (Jérôme Denis) qui reprend le titre programme d’André Breton, Vases communicants.

L’idée est simple et définie ici : « le premier vendredi du mois, chacun écrit sur le blog d’un autre, à charge à chacun de préparer les mariages, les échanges, les invitations. »

J’accueille donc aujourd’hui avec un plaisir non dissimulé Anthony Poiraudeau auteur de Futiles et Graves dont la lecture m’avait été en premier lieu glissée par un tour de blogs de François Bon.

J’avais été conquise par sa série « Les carnets du neuvième sud ». Protocole simple et brillant, très clairement énoncé ici. J’y avais alors savouré l’instantanéité d’une pensée qui fulmine sans s’écouter penser et la richesse intertextuelle de ses notes chronométrées. Je n’ai donc pu résister au plaisir de réaliser à mon tour chez lui un carnet, fragmenté à ma façon, et suis ravie de recevoir ici ses "douces pentes de détresse".
- - - - - - - - -

Douces pentes de détresse, par Anthony Poiraudeau


Anthony Poiraudeau - 2007


C'est un homme qui marche, qui se retourne souvent sur lui-même, pour scruter, revenir sur ses pas. Il s'assure qu'il n'y a rien, et voir qu'il n'y a rien lorsque l'on n'est pas sûr de correctement regarder n'est pas une mince affaire. Il parle seul et souvent délibère sur ses rêves fous, papillonne entre eux, il y croît parfois. Il essaie de marcher plus qu'il n'y parvient, il est plus longtemps immobile qu'en mouvement, à attendre il ne sait plus quoi, à avoir peur sans savoir de quoi, en croyant que rester là dispersera la peur. Mais il doit avancer, il ne va pas coucher là. Il est fait comme un rat - terrifié par ce qu'il pourrait faire, il préfèrerait ne pas, mais on ne peut pas rester planté là toute sa vie à attendre qu'il ne se passe rien.
Depuis l'enfance, il avait poursuivi l'érudition et la posture de l'intellectuel, pensant qu'elles le rendraient aimable, désirable. Il ne comprenait pas ce qu'étaient l'amour et le désir, les voulaient l'un et l'autre mais doutait de les rencontrer un jour. Il commença par une érudition d'enfant, les capitales de l'Europe, les pays d'Afrique, le nom des constellations, les dieux grecs et égyptiens. Il les aima tous, Reykjavik en Islande, le Burkina-Faso anciennement Haute-Volta, Osiris à tête de chacal, le Sagittaire près de la diagonale du Grand Carré de Pégase, Artémis chasseresse au croissant de Lune. Il aima les connaître et montrer qu'il les savait. Il n'était pas plus avancé, l'amour et le désir restèrent un malentendu.
Plus vieux mais jeune encore, éperdu d'amour et de désir toujours, il entra dans le déni et décida qu'il était des déserts que l'on pouvait traverser sans eau. Il crevait de soif. Il poursuivit son idolâtrie pour les bibelots de l'intellectualisme et de la culture encyclopédique, la somptueuse camelote lettrée, savante. Il sut tout, ou à peu près, du rôle que tint Lamarck dans l'étude des nuages, des controverses qui opposèrent Cuvier et Geoffroy Saint-Hilaire, il prit plaisir à ce qui n'intéressait personne ou à peu près, les ornements non figuratifs des sigillées étrusques, les théologiens jésuites du XVIIIe siècle hongrois. Bien qu'athée, il lut des saints, Augustin, Thérèse d'Avila, Jean de la Croix, Bernardin de Sienne, Bernard de Clairvaux. Il étudia la dialectique de Hegel, celle de Marx, leur préféra celle de Benjamin, il se crut phénoménologue, compara même les traducteurs de Husserl, et découvrit que le structuralisme dépassait les limites de la phénoménologie, que l'inverse était également vrai. Il aima passionnément les primitifs ferrarais, siennois et brugeois et connut bien l'héritage romantique nordique de la peinture abstraite triomphante. Il se construisit des pensées irrécupérables.
Il lisait tout ce qu'il pouvait, toutes les littératures. Il était mal compris mais qu'y comprendre ? - lui-même n'y entendait rien. Au bout du compte, il était béotien érudit, singe savant, paysan endimanché, et il était de plus en plus furieux, de plus en plus enfermé en lui-même. Sa mère lui disait que ses livres le rendaient fou. Elle se trompait, ce n'étaient pas les livres qui le rendaient fou : sa folie était de croire au salut qu'ils lui fourniraient, en lieu et place de l'amour, ou bien par l'amour grâce à eux comme tombé du ciel. Elle était de croire que, savoir, littérature, amour ou désir, un salut le dispenserait de devoir être capable de vivre.
Il commença à ne plus savoir distinguer la mémoire de l'imagination, à se voir commettre des crimes abominables, des tortures froides, des jaillissements de haine et des meurtres d'enfants. Il était terrorisé à l'idée de réellement commettre ces actes, ceux qui feraient effectivement de lui le monstre totalement indigne d'amour qu'il ne pouvait s'empêcher de se croire. Il ne se passait rien, il ne faisait plus rien, n'était plus capable de constater qu'il ne commettait pas les attentats horrifiques. Le réel n'avait plus guère de sens pour lui ; il était enfermé dans sa tête, et c'était comme être enfermé avec un fauve insatiable. Il rencontrait à nouveau la littérature, d'une façon bien effroyable, il était faulknérien, peut-être, mais pas comme prévu, kafkaïen, peut-être, mais pas comme il fallait, dostoïevskien sûrement mais pas comme il l'aurait voulu. Pas nietzschéen, pas dantesque alors qu'il aurait voulu l'être. Il marchait sur de douces pentes de détresse, avec vue imprenable sur le suicide.
Texte et image : Anthony Poiraudeau - 2009




D'autres blogs vases-communiquent entre eux aujourd'hui :
36 poses (Annie Rioux) et Liminaire (Pierre Ménard)
Fenêtres open space (Anne Savelli) et à chat perché (Michel Brosseau)

Aucun commentaire :

Publier un commentaire