13/01/2014

RASSEMBLÉS


C'était dimanche, en famille, faute de père ce jour-là, il y avait quatre iPhone.  
Quatre appareils dotés de coques protectrices quasi identiques certainement offertes à Noël, seul signe extérieur de rassemblement. 

Et les conversations que la fainéantise autorisait autrefois à s’encombrer de silence sont simplement laissées à la merci de l’indifférence généralisée. 

Et parce que trop visible, parce que trop présent - devant nous, sous les yeux - également parce qu’on a laissé notre appétit grandir jusqu’à 14h30 et refermer nos paupières, la scène nous échappe en premier lieu. 

C’est un homme qui déjeune un peu plus loin qui, voyant l’un de nous sortir son appareil photo, se lève pour lui demander d'immortaliser ce qui reste de cet instant.  

On lève soudain les yeux, on observe stupéfaits et amusés la petite famille 2.0, avant de l’imprimer fugacement, inquiets de se savoir pris. 

Et bien trop occupés, eux ne voient rien. 

Aucun commentaire :

Publier un commentaire