11/07/2013

LE JEUDI, À BAGNÈRES-DE-BIGORRE


Le jeudi, il n’y a pas de film au cinéma, alors on va à la piscine.
À Bagnères-de-Bigorre, il n’y a pas beaucoup de cafés, alors on va à la piscine.
À Bagnères-de-Bigorre, souvent après 21 heures, les restaurants vous disent qu’ils sont fermés, que cela ne va malheureusement pas être possible ce soir, mais il n’y aura pas d’autres soirs, car dans ce monde hérité de celui où l’on peut dîner après 21 heures, on a pris de bien mauvaises habitudes qu’on n’est pas prête d’oublier. Alors, on ne va pas à la piscine, car la piscine est également fermée à cette heure-là.
À Bagnères-de-Bigorre, l’été, la ville est envahie par des hommes emballés dans du lycra moulant, ils y font des réserves en eau et barres protéinées avant de prendre la route des cols. 




Il y a aussi des curistes qui viennent passer trois semaines pour se remettre de toutes les souffrances possibles, de l'arthrose au mal-être psychologique généralisé, en passant par des membres cassés.
Plus loin, à 22 kilomètres environ, on trouve à Lourdes des cas plus sévères, je dirais désespérés, pour qui, seule la prière est à présent envisageable.
À Bagnères-de-Bigorre, l’été, la ville est comme possédée par le tourisme de masse, mais soyons bien clair, « masse » est à analyser à travers le prisme de cette ville.
À Bagnères-de-Bigorre, alors qu’on est en plein « coeur de la saison », qu’il est 19 heures, on se voit refuser l’accès à une terrasse de café quasi déserte, où l’on ne pourra fort déplorablement pas s’y désaltérer, car ici on est en plein service. Alors, on rentre boire un verre à la maison.
Le jeudi, on aime bien lire le Monde des livres, mais ici, il faut attendre le vendredi matin pour jouir de ce petit plaisir snobinard. Dommage, paraît-il qu’il y avait Philippe Forest en dialogue avec Agnès Desarthe. 

Le jeudi, en général il pleut à Bagnères-de-Bigorre, alors tout est moins réjouissant, mais ce jour fait figure d’exception alors, je vais me rafraîchir à la piscine.
À Bagnères-de-Bigorre, la piscine n’a ni toit ouvert ni terrasse extérieure, alors on se contente de nager.


Photographies : personnelles, prises un dimanche, à l'occasion de la 9ème étape du tour de France

Aucun commentaire :

Publier un commentaire