04/05/2011

ALORS TES ARRIVÉES SONT DES DÉPARTS

Pour les plus fainéants, fatigués, pas curieux pour un sou ou pas intéressés, ce "texte existe" aussi en 6 mots ici

Ici, hier, au moment où :
de cette femme dont le seul sourire aurait pu sauver l’instant, du cri d’un enfant trop joyeux, du ciel outrancièrement bleu, des canotiers désuets accrochés aux têtes des hipsters , de l’horizon qui se dégage pour faire place au bonheur , du vent trop frais chatouillant des jambes inutilement épilées, de la conversation trop chiffrée du trader accroché à son Blackberry, du chat vautré sur le toit brulant d’une Lamborghini rutilante, je n’ai eu d’yeux que pour les fleurs que tu ne m’as plus offertes , pour le baisé, le rictus de joie et le mot d’amour auxquels tu n’as pas répondu.
Alors tes arrivées sont des départs.


Photographie : Philippe Hébert

Aucun commentaire :

Publier un commentaire